COMMUNIQUE DE PRESSE 26 AVRIL 2018: Ne touchez pas aux semences africaines ! Pas de propriété intellectuelle sur la vie.

Ne touchez pas aux semences africaines ! – Pas de propriété intellectuelle sur la vie.

L’Alliance pour la Souveraineté Alimentaire en Afrique (AFSA) publie aujourd’hui un rapport sur la politique semencière continentale contestant la capture des systèmes semenciers des agriculteurs africains par les multinationales semencières. Lancé à l’occasion de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle, le rapport documente le virage politique à faire des semences une chasse gardée des entreprises, en violation directe des obligations internationales visant à protéger les droits des agriculteurs et à préserver la biodiversité agricole. Il montre comment ces politiques dangereuses avancent rapidement et comment les agriculteurs résistent. Le rapport intitulé « Résister à la mainmise des entreprises sur les systèmes semenciers africains et construire des systèmes semenciers gérés par les agriculteurs pour la souveraineté alimentaire en Afrique » trace la voie à suivre pour la construction d’un mouvement continental pour Sauver les Semences Africaines

« Les organismes régionaux comme la SADC et le COMESA élaborent des règles qui augmenteront la disponibilité des semences commerciales, mais qui ne profiteront qu’aux sociétés telles que Syngenta et Monsanto, a déclaré Elizabeth Mpofu, agricultrice zimbabwéenne et coordinatrice générale de La Via Campesina. Les semences indigènes ne sont pas reconnues. Nous croyons au contrôle de nos terres et de nos semences et à la production de la nourriture saine que nous voulons, comme nous le voulons. Notre réponse est de lutter pour la souveraineté alimentaire contre ces sociétés transnationales. »

La course pour capturer les droits de propriété intellectuelle sur les semences est au cœur du problème, avec l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) sur le siège du conducteur. Les organisations de la société civile à travers le monde s’accordent à dire qu’il ne devrait pas y avoir de propriété intellectuelle sur la vie. Les géants semenciers utilisent les processus africains de régionalisation pour obtenir les droits de propriété intellectuelle sur les semences et le matériel de plantation et criminaliser les pratiques traditionnelles.

La politique agricole africaine est de plus en plus axée sur la « modernisation » grâce à une augmentation massive de l’utilisation d’engrais chimiques et de semences « améliorées », remplaçant l’accent sur les cultures de base et les produits échangeables sur les marchés mondiaux. Dans la pratique, cela a conduit à une forte concentration sur le développement et la commercialisation de semences de maïs hybrides et d’engrais artificiels.

La réalité est que 90% des semences semées en Afrique proviennent de sources «informelles», de marchés locaux ou de semences gardées par les agriculteurs ou leurs voisins – dont la majorité sont des femmes. Ce sont ces semences qui fournissent 80% de la nourriture de l’Afrique. Elles sont fiables, disponibles et accessibles, mais les géants des semences veulent les interdire. Ces semences et les systèmes culturaux et les connaissances qui les sous-tendent sont menacées par des politiques conçues pour privilégier les systèmes semenciers des entreprises, tout en criminalisant et en dénigrant les systèmes semenciers gérés par les agriculteurs.

L’Alliance pour la Souveraineté Alimentaire en Afrique appelle les pays africains à se rendre compte des dangers de ce processus défectueux; à abolir les lois sur les semences externes et dommageables; et à reconnaître que l’avenir des systèmes alimentaires africains consiste à aider les producteurs africains à fournir des solutions africaines durables.

Le rapport sur la politique semencière « Résister à la mainmise des entreprises sur les systèmes semenciers africains et construire des systèmes semenciers gérés par les agriculteurs pour la souveraineté alimentaire en Afrique » est disponible en téléchargement gratuit ici

# # #

Pour plus d’informations ou des interviews, veuillez contacter:

Dr. Million Belay – Coordinateur AFSA

Email: million.belay@afsafrica.org, afsa@afsafrica.org