Agroécologie – la réponse durable au changement climatique en Afrique : une note d’information de l’AFSA

Le problème

Les pays d’Afrique continuent d’être de plus en plus exposés à la variabilité du climat et à de graves menaces pour l’agriculture et la production alimentaire. Selon le rapport du GIEC 2013, les quatre dimensions de la sécurité alimentaire (disponibilité, accès, utilisation et stabilité des aliments) sont potentiellement affectées par le changement climatique. Ces impacts seront élevés dans les zones où les faibles rendements vont de pair avec la pauvreté et dans les zones où les ménages dépendent fortement de l’agriculture pluviale.

L’Afrique est clairement le continent le plus vulnérable aux effets du changement climatique. Déjà le continent le plus chaud, l’Afrique devrait se réchauffer jusqu’à 1,5 fois plus vite que la moyenne mondiale, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU, l’autorité mondiale reconnue en matière de climatologie. Avec environ 70 % de la population africaine qui dépend de l’agriculture pluviale, des centaines de millions de personnes n’ont pas le même filet de sécurité que dans les pays riches et industrialisés. Le changement climatique affecte également l’élevage et la pisciculture ainsi que les schémas migratoires (OCDE) qui ont un impact sur les moyens d’existence de millions de pasteurs et de pêcheurs.

Il n’est donc pas surprenant que le changement climatique soit de plus en plus reconnu comme l’un des principaux défis économiques, environnementaux et sociaux de notre époque. Les scientifiques, les décideurs, les agriculteurs et les chercheurs reconnaissent les défis du changement climatique pour la production alimentaire, l’environnement et la vie humaine. L’Afrique souffre de l’injustice d’être le continent le plus durement touché par le changement climatique, tout en contribuant le moins à sa cause – représentant moins de 4% des émissions annuelles de gaz à effet de serre (GES) dans le monde.

Il est de plus en plus évident que les changements climatiques ont des répercussions sur la sécurité alimentaire et d’autres aspects de la vie humaine, et il est donc nécessaire de disposer de données claires sur la façon de faire face à ces répercussions. Bien que les gouvernements aient reconnu l’urgence de la lutte contre le changement climatique, nombre des solutions proposées augmentent la pression sur les petits producteurs d’aliments pour qu’ils prennent de nouvelles initiatives telles que Climate Smart Agriculture, en utilisant des semences hybrides et OGM et en augmentant les apports chimiques.

« Ne pensez pas que vous pouvez être plus malin que la nature. »

Nous considérons qu’il s’agit là de fausses solutions qui agissent largement au détriment de la souveraineté alimentaire, de la conservation de l’environnement et des moyens d’existence, et qui sont susceptibles d’aggraver l’impact du changement climatique en dégradant davantage les sols, en détruisant la biodiversité et en utilisant des engrais chimiques, générant encore plus de gaz à effet de serre. Les grandes entreprises, en particulier celles des pays développés, sont autorisées à polluer en compensant leur contribution au changement climatique par des crédits carbone issus de projets REDD+.

Cependant, l’agroécologie, qui vise à assurer la sécurité alimentaire tout en restaurant et en préservant l’environnement, est malheureusement considérée comme un rejet de l’utilisation d’intrants agricoles. Par conséquent, des initiatives telles que l’Alliance mondiale pour une agriculture respectueuse du climat sont en place pour garantir que le système des Nations Unies adopte des décisions qui reflètent l’agriculture moderne.

La solution

Recherche :  Un certain nombre d’efforts de recherche visant à faire face au changement climatique et à la sécurité alimentaire existent, mais de nombreuses priorités de recherche et de financement sont davantage axées sur les nouvelles technologies pour relever les défis de l’atténuation et de l’adaptation en Afrique. Des recherches doivent être entreprises pour renforcer la résilience des producteurs de denrées alimentaires, y compris les petits agriculteurs, les pasteurs et les pêcheurs, face aux impacts du changement climatique. Un financement accru de la recherche devrait également être consacré à la mise à l’échelle des technologies existantes au niveau local.

Sensibilisation des consommateurs et du public : Il est nécessaire d’éduquer les masses sur les défis que posent certaines des solutions proposées, en particulier en ce qui concerne l’agriculture intelligente du point de vue climatique, et en même temps sur les pratiques agricoles durables que nous promouvons par l’agroécologie.

Plaidoyer :  Il est évident que pour relever les défis du changement climatique, nous avons besoin d’un environnement politique favorable et donc de la nécessité de s’engager dans des processus d’élaboration de politiques sur le changement climatique à différents niveaux. Dans ce contexte, nous devons par exemple plaider en faveur de la reconnaissance de l’agroécologie dans les négociations politiques sur le changement climatique et dans les plans nationaux d’adaptation.

Construire le mouvement :Il est nécessaire de mobiliser les citoyens africains pour qu’ils s’engagent à prendre des mesures en appelant leurs gouvernements nationaux à élaborer des politiques sur le changement climatique et des cadres juridiques qui soutiennent les pratiques agricoles durables. La mobilisation des communautés doit également se produire pour populariser les concepts de l’agroécologie en tant que solution au changement climatique.

Messages clés

  • L’agroécologie contribue à la réalisation de nombreux objectifs des Nations Unies en matière de développement durable, notamment l’action pour le climat, les villes et communautés durables et la consommation et la production responsables. L’agroécologie peut également contribuer à d’autres initiatives telles que l’initiative conjointe de l’Union africaine, de la CEA et de la Banque africaine de développement sur le climat pour le développement en Afrique.
  • Là où l’agriculture industrielle vise à éliminer la biodiversité, l’agroécologie dépend de la diversité et s’appuie sur elle. Là où l’agriculture industrielle pollue et dégrade, l’agroécologie régénère et restaure, en travaillant avec la nature, pas contre elle.
  • Les gouvernements doivent être tenus responsables du respect de leurs engagements dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat, qui réunit toutes les nations pour lutter contre le changement climatique et s’adapter à ses effets, en maintenant l’augmentation de la température mondiale à moins de 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels et pour renforcer la capacité des pays à faire face aux effets du changement climatique.
  • Les gouvernements africains ont leur responsabilité première vis-à-vis de leurs populations et doivent donc promouvoir des solutions climatiques qui fonctionnent pour leurs citoyens. Ceux qui ont fait leurs preuves en matière de protection de l’environnement, de sécurité alimentaire et de durabilité. C’est ce que fait l’agroécologie, en protégeant et en pourvoyant aux générations futures et à l’avenir de l’Afrique.
  • Construire la résilience climatique dans les systèmes agricoles, c’est prendre soin de la santé des sols. Il s’agit d’accroître la biodiversité agricole des exploitations agricoles, en élargissant la gamme des cultures, en particulier celles qui sont naturellement adaptées au stress climatique, comme le sorgho, le millet, le manioc et le niébé, et par la production et le partage communautaires de semences.
  • Le changement climatique met l’accent non seulement sur les systèmes de production alimentaire, mais aussi sur les systèmes sociaux. Les efforts de renforcement de la résilience visant à créer de nouvelles possibilités de subsistance permettront aux gens d’éviter l’émigration et de rester dans leurs communautés et de prospérer. Les banques de semences communautaires, les boulangeries familiales utilisant des produits locaux et les groupes d’entraide sont des exemples de résilience sociale.

 

Téléchargez un pdf de cette note d’information ici