In Nouvelles, Publications

 3 Mai 2021 

Dr. Agnes Kalibata 

Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sommet des systèmes alimentaires des Nations Unies de 2021 

Conditions préalables à l’engagement avec l’UNFSS 

Cher Dr. Kalibata 

AFSA prend acte de votre invitation du 17 septembre 2020 à faire partie du groupe des champions et à représenter la société civile africaine. Dans un premier temps, nous avons refusé, pour les raisons exposées ci-dessous. Toutefois, après mûre réflexion, nous, les 36 membres du réseau de l’AFSA soussignés, sommes parvenus à un consensus selon lequel nous serions prêts à nous engager auprès du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires (UNFSS), prévu en septembre 2021 à New York, aux États-Unis, à condition que l’UNFSS accepte les conditions énoncées ci-dessous. 

C’est avec un profond espoir et un énorme optimisme qu’AFSA a accueilli l’annonce du Secrétaire général des Nations Unies de convoquer le Sommet mondial des systèmes alimentaires en 2021. L’agenda de transformation des systèmes alimentaires n’a que trop tardé, et de nombreux mouvements sociaux et acteurs de la société civile, en Afrique et dans le monde, se sont battus pour une transformation systémique et structurelle des systèmes alimentaires, soulignant le besoin urgent d’un changement radical de l’agriculture industrielle basée sur les combustibles fossiles et les monopoles corporatifs de l’alimentation et de l’agriculture vers la souveraineté alimentaire et l’agroécologie. 

Cependant, notre véritable espoir d’un sommet dynamique, inclusif et démocratique sur la transformation des systèmes alimentaires a été constamment érodé. Ci-dessous, nous exposons les raisons qui ont poussé l’AFSA à refuser officiellement l’invitation et à fixer des conditions pour s’engager dans le sommet de l’UNFSS. 

L’agriculture industrielle est un facteur clé de la perte de biodiversité et un contributeur important aux émissions de carbone. En outre, comme l’illustre l’étude COVID-19, il existe des interactions complexes entre la déforestation, la réduction de la diversité biologique, la destruction des écosystèmes et la santé et la sécurité humaines, en grande partie dues aux systèmes agricoles et alimentaires mondialisés. L’exposition aux agents pathogènes existants et émergents, alors que la destruction des écosystèmes se poursuit et que les barrières de protection essentielles fournies par la nature sont brisées, constitue une menace considérable pour la santé publique. 

 Les liens inextricables entre le changement climatique, la déforestation et l’agriculture industrielle – un mécanisme essentiel de l’extractivisme agraire et du développement extractiviste – sont à l’origine de l’instabilité sociale et politique et de l’insécurité alimentaire sur le continent, qui alimentent les crises systémiques et existentielles auxquelles nous sommes confrontés à l’échelle mondiale. 

Les interventions de développement menées jusqu’à présent ont renforcé et continuent de renforcer l’endettement, les inégalités et l’exclusion sociale. Elles accentuent la dépendance à l’égard de projets destructeurs, à courte vue et de courte durée, à forte intensité de combustibles fossiles et de capitaux, et des chaînes de valeur agricoles et forestières mondiales, qui contribuent tous à créer les conditions d’une extrême vulnérabilité aux chocs, y compris, mais sans s’y limiter, la pandémie de COVID-19. 

L’urbanisation rapide et non planifiée, avec le déplacement consécutif de la main-d’oeuvre d’emplois essentiellement alimentaires vers des emplois non alimentaires, et l’augmentation de la classe moyenne africaine, affecte l’utilisation des terres rurales et modifie nos systèmes alimentaires. L’érosion rapide de la culture africaine coïncide avec la dégradation de nos sols, qui devient un problème majeur affectant les moyens de subsistance de nombreuses personnes, tandis que le secteur croissant de la vente au détail et des supermarchés détruit et déplace les systèmes alimentaires locaux et les marchés locaux. 

Pourtant, l’Afrique reste essentiellement un continent de petits producteurs alimentaires. Les solutions ne fonctionneront pour l’Afrique que si elles fonctionnent pour des millions d’agriculteurs, de pasteurs, de pêcheurs, de communautés indigènes, de gardiens de la nature, de femmes et de jeunes dans le système alimentaire. Par conséquent, la question de savoir comment l’Afrique va se nourrir dans une situation de changement climatique rapide, catastrophique et chaotique, et d’une manière qui soigne la nature et refroidit la planète, est l’une des questions de survie les plus urgentes et les plus pressantes. 

Environ 20 % des Africains, soit plus de 250 millions de personnes, se couchent chaque soir le ventre vide. Dans le même temps, des aliments industriels ultra-transformés et des boissons sucrées ont pénétré les marchés africains. Nombre d’entre eux sont riches en sucre, en sel, en graisses saturées et en conservateurs, contribuant ainsi à la propagation de maladies non transmissibles, telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer. Cela a également contribué à une augmentation importante du surpoids et de l’obésité, le taux d’enfants de moins de cinq ans en surpoids ayant augmenté de près de 24 % depuis 2000. Et les populations touchées sont plus vulnérables au COVID-19. 

Les politiques et réglementations fiscales, telles que les taxes sur le sucre, l’étiquetage des aliments malsains et la restriction de la commercialisation, se heurtent souvent à la forte opposition des grandes entreprises alimentaires qui dominent les marchés. L’Afrique est donc confrontée à un triple fardeau : la faim, la malnutrition, l’obésité et les problèmes de santé dus à une alimentation de mauvaise qualité. Il est clair que les populations africaines sont confrontées à une multitude de crises interdépendantes liées à l’évolution de nos systèmes agricoles et alimentaires. 

Malgré cela, l’Afrique a beaucoup à offrir à ses citoyens et au monde. Avec une réorientation appropriée des politiques et des investissements, la richesse de nos semences, de notre agrobiodiversité, de nos terres, de nos cultures vivantes et de notre nature peut contribuer à résoudre la crise alimentaire qui touche tant de nos populations. 

La réponse réside dans notre capacité collective à réaliser une transformation holistique et systémique de nos systèmes alimentaires. Une telle transformation fondamentale permettrait de s’attaquer à la crise climatique, de sortir des millions de personnes de la pauvreté chronique, d’aider nos concitoyens à vaincre la faim, de favoriser une vie saine pour tous, de faire revivre des pratiques culturelles dynamiques, de remédier aux inégalités structurelles et de rajeunir la biosphère. 

Nous sommes profondément préoccupés par le fait que le processus actuel de l’UNFSS, précipité, contrôlé par les entreprises, non responsable et opaque, ne mènera pas à la transformation que nous envisageons pour des systèmes alimentaires revitalisés, durables et sains. Un sommet orienté vers la répétition du modèle agro-business-as-usual pour résoudre la crise alimentaire et climatique ne peut pas offrir ce futur visionnaire. 

L’approche multipartite et la structure actuelles de l’UNFSS confèrent une influence majeure sur notre système alimentaire à quelques entreprises et philanthro-capitalistes, dont beaucoup font partie des problèmes. Nous sommes profondément préoccupés par le fait que l’UNFSS sera utilisé comme un canal pour faire écho aux prescriptions politiques des agrobusiness agendas, qui sont des solutions techniques rapides et habituelles. 

La science est claire. Le chaos climatique, le changement d’affectation des sols et l’érosion, ainsi que la perte alarmante de biodiversité constituent les plus grandes menaces existentielles pour toutes les formes de vie sur Terre. La chaîne alimentaire industrielle et la concentration des entreprises autour de l’alimentation et de l’agriculture sont le principal moteur de bon nombre des crises sous-jacentes auxquelles l’humanité est confrontée aujourd’hui – notamment la santé, la faim, la malnutrition, la déforestation, la dégradation des terres, la perte de fertilité des sols, l’injustice et les inégalités structurelles. 

Rien d’autre qu’une refonte fondamentale de nos systèmes alimentaires ne pourra inverser la trajectoire du chaos et des crises. Les changements progressifs ne suffisent plus. “L’agriculture à la croisée des chemins”, le rapport 2009 de l’Évaluation internationale des connaissances, des sciences et des technologies agricoles pour le développement (IAASTD), indiquait clairement il y a plus de dix ans que l’avenir de l’approvisionnement alimentaire était entre les mains des petits exploitants et des paysans. Ce rapport est toujours d’actualité, plusieurs de ses auteurs ayant publié plus tôt cette année un suivi intitulé “Transformation of Our Food Systems : The Making of A Paradigm Shift”. 

L’agroécologie est un paradigme alternatif ascendant qui aborde fondamentalement le lien entre la régénération environnementale, économique, culturelle et sociale dans l’agriculture et les systèmes alimentaires en général. L’AFSA, en tant que membre du mouvement pour la souveraineté alimentaire, est solidaire des paysans/familles agricoles, des peuples indigènes, des pasteurs, des pêcheurs et des autres citoyens qui exercent leur droit fondamental à déterminer leurs propres politiques alimentaires et agricoles. L’AFSA est solidaire de milliers d’organisations paysannes et de mouvements sociaux dans le monde entier pour faire pression en faveur de cette vision holistique d’une transition vers l’agroécologie et la souveraineté alimentaire. Nous pensons que l’adoption de l’agroécologie est la voie à suivre pour réparer les dommages causés à notre nature et à nos cultures, refroidir la planète, nourrir la population croissante, résoudre la crise de la nutrition et de la santé, et construire des économies justes et équitables et des moyens de subsistance prospères. Nous demandons que l’agroécologie soit placée au centre des recommandations du FSS. 

Le processus actuel de l’UNFSS accorde peu de place aux connaissances écologiques traditionnelles, à la célébration des régimes et de la cuisine traditionnels, ainsi qu’aux sciences sociales, qui sont essentielles pour l’avenir de notre système alimentaire. Les Africains indigènes et des communautés locales ont une expérience et des connaissances pertinentes pour le système alimentaire actuel et futur. Tout processus ou résultat qui ne le reconnaît pas est un affront aux millions de producteurs et de consommateurs africains. 

Par conséquent, l’AFSA doit voir les conditions suivantes remplies avant de s’engager dans le sommet : 

– La transition vers l’agroécologie devrait être au coeur de tous les résultats de l’UNFSS, sur la base des 13 principes de l’agroécologie décrits dans le rapport du Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (HLPE) sur l’agroécologie et la manière dont ils peuvent être efficacement mis en oeuvre à l’échelle mondiale à l’appui des objectifs de développement durable. 

– Le processus formel du FSS devrait établir une piste supplémentaire pour se concentrer sur la transformation des systèmes alimentaires des entreprises vers la souveraineté alimentaire, comme l’a également demandé le mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (CSM) du Comité de la sécurité alimentaire mondiale. 

– Le MSC devrait être mandaté pour diriger les travaux de ce 6ème volet d’action, en collaboration avec les organes des Nations Unies et les gouvernements concernés, et il convient de prêter attention aux implications transversales dans les autres volets d’action. 

– Les connaissances et pratiques traditionnelles des personnes, y compris des peuples autochtones, doivent être incluses dans tous les processus et résultats de manière claire et démontrable. 

– L’AFSA est convaincue que le forum idéal et légitime pour accueillir et faciliter des débats aussi importants, complexes et cruciaux que celui de repenser les systèmes alimentaires mondiaux doit rester sous l’égide du Comité des Nations Unies pour la sécurité alimentaire mondiale (CSA). 

– Le FSS doit s’engager à remettre toutes les recommandations ou résultats au CSA pour qu’il les mette en oeuvre, et engager des ressources pour renforcer le CSA et inverser sa capture par les intérêts des entreprises et les gouvernements dans la poche des entreprises. 

Sincèrement, 

Membres de l’Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique 


L’AFSA est une large alliance d’acteurs de la société civile qui participent à la lutte pour la souveraineté alimentaire et l’agroécologie en Afrique. C’est un réseau de réseaux, qui compte actuellement 36 membres actifs dans 50 pays africains. Il s’agit notamment de réseaux de producteurs alimentaires africains, de réseaux d’ONG africaines, d’organisations de populations autochtones, d’organisations confessionnelles, de groupes de femmes et de jeunes, de mouvements de consommateurs et d’organisations internationales qui soutiennent la position de l’alliance. www.afsafrica.org 

Telechargez PDF ici

Recent Posts
0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Start typing and press Enter to search

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x