In Climat, Communiqué de presse, Nouvelles

Bonn, Allemagne, 14 juin 2023- Les acteurs du climat du monde entier se réunissent à Bonn pour la 58th réunion des organes subsidiaires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.  Les membres de l’AFSA participent aux sessions de la conférence pour présenter l’importance d’inclure l’agroécologie dans les décisions sur le climat, en particulier dans les discussions de suivi en référence à la décision 3/CP.27.

L’AFSA demande instamment aux parties présentes à la réunion des 58 organes subsidiaires (OS) du siteth d’adopter l’agroécologie comme un futur thème autonome lié à l’agriculture et à la sécurité alimentaire, en partant du principe qu’il a été prouvé au fil des ans qu’elle favorise les systèmes alimentaires durables, réduit les émissions de gaz à effet de serre, améliore la sécurité alimentaire et accroît la résilience des communautés agraires.

Nous félicitons les parties d’avoir proposé l’agroécologie comme faisant partie des thèmes futurs et nous demandons instamment que cela soit maintenu dans la décision finale afin de représenter les millions de petits agriculteurs et de consommateurs qui pratiquent et bénéficient de l’agroécologie en tant que mesure d’adaptation au climat et d’atténuation des effets du changement climatique.

La position de l’AFSA sur l’agroécologie est alignée sur la stratégie de l’Union africaine pour la résilience climatique et le développement, qui met l’accent sur la production vers une transition agroécologique pour réduire l’intensité des GES (y compris le méthane et d’autres gaz) et les dépendances à l’égard des intrants externes.  Elle est également conforme au rapport du groupe de travail II du GIEC, qui reconnaît que les principes et pratiques agroécologiques, la gestion écosystémique de la pêche et de l’aquaculture et d’autres approches qui s’appuient sur des processus naturels favorisent la sécurité alimentaire, la nutrition, la santé et le bien-être, les moyens de subsistance et la biodiversité, la durabilité et les services écosystémiques » (degré de confiance élevé).

Nous exprimons toutefois notre vive déception quant à la manière dont les négociations, en particulier dans le domaine de l’agriculture, n’ont pas encore abouti à des résultats substantiels. Lors de cette session du SBs, nous nous attendions à ce que la mise en œuvre de l’action climatique sur l’agriculture et la sécurité alimentaire soit lancée avec une orientation claire pour les acteurs. Nous sommes profondément inquiets et déçus que les négociations se soient transformées en une série de débats à bâtons rompus entre les parties sur quelques concepts.

Nous sommes également profondément préoccupés par plusieurs propositions de thèmes futurs soumises par les parties. Des thèmes tels que les solutions fondées sur la nature, l’agriculture intelligente face au climat, la biotechnologie et l’intelligence artificielle sont une inclusion vague de concepts déjà fortement contestés et non réglementés, en particulier dans les pays africains, qui détiennent la majorité des petits producteurs alimentaires dans le monde et sont responsables de l’alimentation de la majorité de la population mondiale.

Nous sommes en outre préoccupés par le fait que, alors que le SB touche à sa fin, il n’y a pas encore d’orientation claire sur la mise en œuvre de la décision de Sharm el Sheik sur la mise en œuvre de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. Alors qu’il ne reste que trois ans pour conclure le programme de travail quadriennal, nous craignons qu’en l’absence d’une décision sur l’actualisation de la mise en œuvre, l’impact du changement climatique sur la vie et les moyens de subsistance de millions de petits exploitants agricoles, de pêcheurs, d’éleveurs, de communautés locales et autochtones, de jeunes et de femmes dans le secteur de l’agriculture ne puisse qu’empirer.

Nous appelons donc toutes les parties à parvenir rapidement à un consensus sur la mise en œuvre des travaux conjoints de Charm el-Cheikh sur l’agriculture et la sécurité alimentaire.


Nous faisons cette déclaration au nom de 41 réseaux et organisations africains représentant jusqu’à 200 millions d’Africains, y compris des organisations non gouvernementales, des petits agriculteurs, des éleveurs, des pêcheurs, des peuples autochtones, des femmes et des groupes de jeunes, des entrepreneurs agroécologiques, des écologistes et des groupes de consommateurs.

Recommended Posts
0 0 votes
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Start typing and press Enter to search

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x