In Nouvelles, Publications

De 2019 à 2021, l’AFSA entreprend un processus de recherche et de réflexion en collaboration pour identifier les outils nécessaires à la mise en place de systèmes alimentaires durables en Afrique. Grâce à une série de ” laboratoires de politiques ” multipartites à Addis-Abeba, où l’UA et d’autres institutions africaines clés siègent, le processus établira un pont entre les différents domaines politiques (agriculture, commerce, environnement, santé, etc.) et les différents niveaux politiques (UA, national, local) qui régissent les systèmes alimentaires, identifiant les priorités de réforme et les regroupant en un seul lieu. Le tableau de bord des aliments durables qui en résultera alignera diverses politiques et mesures d’incitation dans le but de mettre en place des systèmes alimentaires durables, tout en s’appuyant sur les initiatives locales qui remodèlent déjà les systèmes alimentaires au niveau local.

POURQUOI UNE POLITIQUE ALIMENTAIRE AFRICAINE EST-ELLE NÉCESSAIRE ?

En novembre 2018, l’AFSA a organisé une réunion de trois jours intitulée ” Le système alimentaire africain et les GDS ” et l’un des suivis de cette conférence a été de travailler pour une politique alimentaire commune pour l’Afrique. Les citoyens africains peuvent choisir les aliments qu’ils mettent dans leurs paniers, mais ils n’ont pas choisi les systèmes alimentaires qui servent ces aliments. Il n’y a actuellement pas de ” politique alimentaire ” en Afrique. Au lieu de cela, les aliments que nous mangeons et les systèmes alimentaires dont nous jouissons sont façonnés par une variété de cadres politiques distincts : agriculture, sécurité alimentaire et santé publique, commerce, protection environnementale, climat et énergie, cohésion économique et sociale, développement rural et développement international, emploi et éducation.

Ces politiques sont élaborées en grande partie isolément les unes des autres. Ils sont formés par des décideurs politiques travaillant dans leurs domaines politiques spécifiques, en dialogue avec des groupes industriels et des organismes scientifiques dont les intérêts propres sont souvent limités par les mêmes cloisonnements politiques et disciplinaires. Les politiques à différents niveaux de gouvernance sont également déconnectées les unes des autres. Peu d’efforts ont été faits pour établir un lien systématique entre les initiatives au niveau local affectant les systèmes alimentaires (par exemple, celles émanant des autorités municipales ou des groupes locaux de la société civile) et les politiques adoptées au niveau national ou de l’UA. Les systèmes alimentaires sont donc soumis à des impératifs qui peuvent entrer en conflit et se contrecarrer, tandis que d’importantes opportunités sont manquées pour tirer parti des initiatives locales afin d’accélérer l’apprentissage collectif.

La nécessité de nouvelles réponses politiques est d’autant plus pressante que les multiples crises qui affligent actuellement les systèmes alimentaires en Afrique et dans le monde, de l’obésité croissante à la dégradation de l’environnement et aux pressions sur les moyens de subsistance des agriculteurs. Nos processus actuels de prise de décision et nos cadres stratégiques sont limités pour faire face à ces crises. Plutôt que de répondre à un ensemble de priorités convenues publiquement, nos systèmes alimentaires sont le sous-produit de compromis politiques conclus entre des intérêts divergents dans divers forums. L’absence d’une politique alimentaire cohérente, transversale à tous les secteurs et reliant les différents niveaux de gouvernance, signifie que la responsabilité est extrêmement dispersée. Lorsque les résultats sont médiocres, personne ne peut être tenu responsable. Sans pilote ni plan de vol, il est possible d’ignorer à quel point les systèmes alimentaires ont dévié.

QUE SIGNIFIE UNE POLITIQUE ALIMENTAIRE COMMUNE ET COMMENT Y PARVENIR ?

La feuille de route de la ” Politique alimentaire commune ” qui se dessine alignera diverses politiques et mesures d’incitation dans le but de mettre en place des systèmes alimentaires durables, de veiller à ce que des régimes alimentaires sains, des écosystèmes résilients et des moyens de subsistance décents pour les agriculteurs et les travailleurs du secteur alimentaire soient des objectifs clés – et non des notes en bas de page – des politiques touchant aux systèmes alimentaires. Plutôt que de mettre en œuvre des politiques et d’espérer qu’elles susciteront des systèmes alimentaires durables dans toute l’Afrique, ce processus s’appuiera sur les initiatives locales qui remodèlent déjà les systèmes alimentaires au niveau local. La vision qui se dessine offrira à l’Afrique une feuille de route pour la période post-2020.

Le processus de recherche et de réflexion s’articule autour d’une série de réunions multipartites co-organisées par l’AFSA et divers partenaires à Addis Abeba (Policy Labs) et en Afrique (Local Labs). Parallèlement, l’AFSA développera une série de documents écrits (Policy Briefs) afin de saisir les résultats des discussions et d’explorer les opportunités de réforme. Le processus culminera par un événement public majeur en 2021 qui servira de forum délibératif pour co-construire les phases finales de la vision de la politique alimentaire commune et de point de ralliement pour les mouvements alimentaires durables en Afrique. Les mémoires et le forum de 2019 alimenteront un rapport final qui sera présenté au Parlement panafricain de l’UA en 2021.

En élargissant la perspective de l’agriculture aux systèmes alimentaires et en s’appuyant sur les initiatives locales vers le haut, le projet visera à exploiter et à renforcer la participation des citoyens à la réforme des systèmes alimentaires et agricoles. Soutenir l’émergence d’un mouvement alimentaire durable unifié en Afrique est un moyen deconstruire une vision commune de la politique alimentaire. Le processus de co-construction et la formation d’alliances sont aussi importants que le contenu final – le “tableau de bord alimentaire durable” auquel nous visons. Chaque laboratoire servira de tremplin pour le développement de la propriété mutuelle, de visions partagées et de coalitions d’intérêt – allant des ONG environnementales aux associations professionnelles de santé publique, des initiatives de coopération de base aux groupes agricoles et alimentaires de l’UA. Et surtout, il est essentiel d’étendre ce processus aux décideurs politiques, dont la participation et l’adhésion seront essentielles pour garantir l’émergence d’une vision politique viable.

Ces différentes composantes du projet, ainsi que le dernier calendrier des réunions, sont décrits dans les annexes ci-dessous.

ANNEXE 1 : LABORATOIRES DE POLITIQUES

Les Policy Labs au cœur de ce processus verront l’AFSA réunir 25 à 30 personnes, dont des scientifiques, des décideurs politiques, la société civile et des acteurs des secteurs agroalimentaire et agricole, pour participer à des tables rondes de 3 heures. Les laboratoires seront hébergés dans les locaux de l’UA et d’Addis-Abeba, ou à proximité, mais la participation ne sera pas limitée aux organisations et institutions basées à Addis-Abeba. Chaque laboratoire se concentrera sur un lienclé dans les systèmes alimentaires, c’est-à-dire les points de convergence où les divers impératifs politiques, réglementations, incitations et tendances convergent pour façonner nos systèmes alimentaires (voir la feuille de route provisoire ci-dessous). À ce titre, les laboratoires sont conçus pour faire le pont entre les secteurs de politiques et les groupes d’intérêt qui sont habituellement tenus à l’écart (p. ex. l’agriculture et la nutrition, le commerce et l’environnement). Les discussions se dérouleront selon les règles de Chatham House, ce qui permettra un dialogue ouvert et la recherche d’un terrain d’entente entre les différentes positions.

ANNEXE 2 : LABORATOIRES LOCAUX

Alors que les Policy Labs qui se sont tenus à Addis-Abeba se concentrent sur les déconnexions entre les domaines politiques, une série complémentaire de’Local Labs’ se concentrera sur des villes-régions spécifiques pour voir comment les efforts pour construire des systèmes alimentaires durables localement sont affectés par les politiques et impératifs à différents niveaux. Les laboratoires locaux seront convoqués conjointement par les membres de l’AFSA. Alors que tous les ” laboratoires locaux ” impliqueront des réflexions sur la gouvernance multi-niveaux d’une ” Politique alimentaire commune “, ils alimenteront, soutiendront et se dérouleront dans le cadre des processus/forums existants pour développer des politiques alimentaires locales. Ils impliqueront généralement une cinquantaine de participants, dont des décideurs politiques locaux, des représentants de conseils de politique alimentaire, des membres d’institutions de recherche, des membres d’initiatives locales d’alimentation durable, d’économie circulaire et de transition (producteurs, consommateurs et détaillants), des responsables des achats institutionnels (écoles, hôpitaux) et des urbanistes et des urbanistes régionaux. Les laboratoires s’efforceront également d’impliquer les acteurs régionaux et nationaux (par exemple les confédérations régionales des CSA, les associations nationales de producteurs alimentaires, les coalitions de la société civile, les ministères de l’agriculture) afin de relier les opportunités et les défis aux différents niveaux. Plus précisément, les laboratoires locaux seront structurés autour des objectifs suivants :

  • Soutenir les efforts visant à mettre en place des systèmes alimentaires durables aux niveaux local et régional, en rassemblant différents volets des activités locales en matière de politique alimentaire (par exemple, les processus dirigés par les administrations municipales et la société civile ou les forums dirigés par la recherche) lorsqu’il y a place pour une plus grande cohésion et un partage mutuel des informations ; intégrer les voix des villes au débat sur le futur des systèmes alimentaires et agricoles en Afrique et faire mieux connaître les ” villes-régions ” comme lieu de transition du système alimentaire ;
  • Comprendre comment les impératifs au niveau de l’UA et au niveau national (y compris la mise en œuvre des politiques de l’UA) aident ou entravent les efforts visant à construire des systèmes alimentaires locaux/territoriaux durables ; encourager les acteurs locaux à réfléchir aux opportunités et aux blocages qui résultent des politiques de l’UA ;
  • Offrir un espace de dialogue et d’alliance entre ceux qui plaident pour la réforme des systèmes alimentaires à partir de différents points d’entrée(santé, environnement, etc.), et à différents niveaux: local, régional, national et africain.

ANNEXE 3 : POLITIQUES EN BREF

Une série de Policy Briefs sera développée et publiée par l’AFSA tout au long des trois années du processus, en s’appuyant sur des recherches indépendantes et sur les discussions au sein des Policy Labs et des Local Labs. Les notes d’information feront partie intégrante de la vision de la politique alimentaire commune et commenceront à tracer le tableau de bord de la politique alimentaire durable que nous élaborerons en fin de compte. Chaque note d’orientation traitera d’un ensemble précis de questions et décrira les diverses interactions entre les secteurs de politiques et entre les différents ordres de gouvernement, ainsi que les types d’actions, d’alliances et de mesures stratégiques qui pourraient avoir les effets multiplicateurs les plus importants en termes d’amélioration des résultats multiples dans les systèmes alimentaires.

Les Policy Briefs et le forum 2021 (voir annexe 4) alimenteront le rapport final que l’AFSA présentera aux décideurs politiques en 2021. Les expériences et les échanges diffusés dans les laboratoires locaux seront également intégrés dans les notes d’orientation et le rapport final, agissant en tant que mini-études de cas pour apporter un éclairage sur les différents systèmes alimentaires au sein du système alimentaire africain, et garantissant que la vision finale de la politique alimentaire commune reste axée sur la mise en œuvre de politiques au niveau de l’UA pour soutenir divers systèmes alimentaires durables définis localement. L’AFSA et les partenaires co-convocateurs peuvent élaborer d’autres documents écrits à la suite des laboratoires locaux.

ANNEXE 4 : ÉVÉNEMENT PUBLIC MAJEUR (PRINTEMPS 2021)

En 2021, l’AFSA prévoit d’organiser une grande manifestation multipartite pour marquer l’aboutissement du processus. L’événement réunira de nombreuses personnes impliquées dans les laboratoires de politiques et les laboratoires locaux, ainsi que des acteurs qui n’ont pas encore été impliqués dans le processus. Parmi les personnes rassemblées figureraient des décideurs, des ONG, des mouvements sociaux, des chercheurs scientifiques et des acteurs de l’agriculture et de l’industrie alimentaire. L’événement réunira les acteurs et les processus de construction de systèmes alimentaires durables à différents niveaux, y compris les acteurs clés des différents processus nationaux vers des ” politiques alimentaires des populations “.

Au cours d’un événement de deux jours et demi à Addis-Abeba, ces acteurs travailleront en collaboration pour affiner la vision de la politique alimentaire commune et tracer la voie à suivre grâce à un processus d’intelligence collective, combinant discussions en plénière et discussions en atelier. Les discussions et les résultats obtenus à ce jour dans le cadre du processus de la politique alimentaire commune, documentés dans les notes d’information (voir annexe 3), serviront de point de départ aux discussions. Les acteurs présents à l’événement s’appuieront sur ces conclusions, tout en réfléchissant à la voie à suivre et en s’engageant dans une définition collective des priorités, afin de parvenir à un “tableau de bord alimentaire durable” : un ensemble d’objectifs, associés à des indicateurs pour mesurer les progrès, et à un calendrier précis et une répartition des responsabilités entre différents niveaux de gouvernance. En tant qu’outil destiné à stimuler la discussion, le “tableau de bord” identifiera, au sein des différents secteurs, les secteurs qui devraient être intégrés dans une politique alimentaire commune, non seulement les priorités, mais aussi quand et par qui (par exemple, les institutions de l’UA, les États membres) les actions devraient être prises.

Si l’événement constituera une étape cruciale dans la définition d’une vision spécifique de la”politique alimentaire commune”, il représente également un élargissement du processus à une forme plus large et plus ouverte d’engagement et de démocratie délibérative. Les partenaires clés avec lesquels l’AFSA a collaboré étroitement tout au long du processus seront approchés pour co-organiser et co-convoquer l’événement. Comme indiqué plus haut, une “politique alimentaire commune” fait référence à un ensemble intégré de politiques alignées sur la mise en place de “systèmes alimentaires durables”. On espère qu’un large éventail d’acteurs pourront adopter, défendre et aider à construire une approche de ” politique alimentaire commune “, même si leurs propres priorités et interprétations ne sont pas pleinement reflétées dans les documents écrits de l’AFSA. En outre, l’événement visera à renforcer et à donner de la visibilité à l’émergence d’une vaste alliance à l’échelle de l’UA (un ” mouvement pour une alimentation durable “) à travers différentes parties prenantes et différentes échelles et lieux d’action, et servira de point de ralliement pour placer les politiques intégrées pour des systèmes alimentaires durables au sommet de l’agenda politique. L’événement sera conçu de manière à servir et accommoder les différentes fins des différents partenaires : les ONG de plaidoyer devront rehausser le profil de leurs campagnes ; les acteurs de base devront travailler en réseau avec leurs homologues dans différentes régions ; les décideurs politiques devront interagir et être exposés à la diversité des acteurs et des alternatives des systèmes alimentaires ; de nouvelles alliances verront le jour et tous pourront apprendre. L’événement s’appuiera sur les laboratoires politiques et les laboratoires locaux de l’AFSA, mais aussi sur une série de réflexions sur la réforme des systèmes alimentaires et agricoles organisées par des groupes de la société civile et d’autres acteurs au cours des prochains mois. L’événement de 2021 reprendra là où ces réflexions se sont arrêtées, tant sur le plan du contenu des discussions que sur celui des acteurs impliqués.

 

ANNEXE 5 : ENGAGEMENT DU SECTEUR PRIVÉ

Tout au long de ce processus, l’AFSA recherche un engagement significatif avec les acteurs de l’industrie alimentaire, des restaurants en démarrage aux coopératives nationales. L’un des principaux défis auxquels sont confrontées l’Afrique et l’industrie alimentaire mondiale est de concilier les exigences concurrentes des consommateurs – pour des aliments bon marché et des aliments de qualité.

 

ANNEXE 6 : CALENDRIER ET ACTIVITÉS

2019
Laboratoire de politiques1 Le lien entre l’agriculture, l’alimentation et la santé en Afrique : Comment pourrait-on améliorer les régimes alimentaires (incidence des maladies non transmissibles liées à l’alimentation) par le type d’agriculture pratiquée et les politiques qui la soutiennent ? Ces résultats peuvent-ils être améliorés par des politiques favorisant la diversité agricole et alimentaire ? Quel est le rôle des recommandations nutritionnelles à cet égard et comment ces recommandations peuvent-elles influencer la production agricole ?
Laboratoire de politique 2 L’environnement alimentaire : Comment et dans quelle mesure les choix alimentaires des consommateurs sont-ils déterminés par le rôle de la publicité, de l’éducation alimentaire, des rabais au supermarché, de la taille des portions et d’autres éléments de l’environnement alimentaire ? Comment pourrait-on adapter les politiques et les règlements pour rendre cet environnement plus propice à une alimentation saine ?
2020
Laboratoire de politique 3 Systèmes alimentaires alternatifs dans l’Au : Quels cadres réglementaires et politiques peuvent le mieux soutenir les initiatives locales en faveur de systèmes alimentaires durables sous la forme de chaînes d’approvisionnement courtes ou d’autres systèmes alternatifs ? Les systèmes alimentaires alternatifs sont-ils accessibles et abordables pour la majorité des producteurs et des consommateurs, et quels outils complémentaires pourraient être nécessaires pour apporter les avantages de ces alternatives à un plus grand nombre d’acteurs des systèmes alimentaires ?
Note d’orientation 1 Publication et lancement de la note d’orientation 1 (une politique alimentaire commune qui promeut une alimentation plus saine (en s’appuyant sur les laboratoires d’orientation 1 et 2)
Laboratoire de politique 4 Le lien commerce-développement-environnement : Comment les politiques commerciales façonnent-elles les choix agro-économiques et leurs conséquences environnementales, ainsi que leurs impacts sur le développement rural ? Ce laboratoire examinera dans quelle mesure les politiques commerciales soutiennent les systèmes alimentaires durables et le développement durable dans les pays tiers.
Laboratoire local 1 Se réunir en partenariat avec une organisation et un organisme national de coopération technique, réunissant divers réseaux de politiques alimentaires et d’aliments alternatifs dans la ville.
Note d’orientation 2 Publication et lancement de la note d’orientation 2 : Construire des systèmes alimentaires durables à partir de la base : Alternatives au niveau local (en s’appuyant sur le laboratoire politique 3 et le laboratoire local 1)
Laboratoire de politique 5 L’accès à une alimentation saine pour les familles à faible revenu en Afrique : Comment la pauvreté affecte-t-elle l’accès à une alimentation saine en Afrique ? Quels sont les différents visages de la pauvreté urbaine/rurale et comment les habitudes de consommation sont-elles liées au dénuement socio-économique et aux niveaux d’éducation ? Quels types de politiques pourraient améliorer l’accès à un régime alimentaire sain ? Des arrangements fiscaux différents (par exemple, le transfert de la charge fiscale des travailleurs) ou la réforme de l’aide alimentaire pourraient-ils contribuer à briser les cycles de la pauvreté et de la nourriture bon marché ?
Laboratoire local 2 Convoquer avec xxx dans xxx pays (à confirmer)
Laboratoire local 3 Convoquer avec xxxxx à cause de xxxxx (à confirmer)
Laboratoire local 4 Convoquer avec xxx dans xxx pays (à confirmer)
Laboratoire local 5 Convoquer avec xxx dans xxx pays (à confirmer)
2021
Note d’orientation 3 Publication et lancement de la note d’orientation 3, ” L’accès aux régimes alimentaires sains à l’ère des inégalités : nouveaux raclages alimentaires et nouveaux paradigmes économiques pour rendre les bons aliments et les régimes alimentaires sains accessibles à tous (en s’appuyant sur les laboratoires politiques et les laboratoires locaux)
Rapport final Publication et lancement du rapport final rassemblant les notes d’orientation et s’appuyant davantage sur les laboratoires locaux et le forum délibératif.
D’autres activités de plaidoyer, de diffusion et de sensibilisation pour continuer à renforcer le soutien autour d’une vision commune de la politique alimentaire et pour continuer à construire un ” mouvement africain pour une alimentation durable “.

 

 

Recent Posts

Leave a Comment

Start typing and press Enter to search