In Nouvelles

Depuis que j’ai vu la vidéo de la mort de George Floyd à Minneapolis, dans le Minnesota, le 25 mai, tué par un policier qui s’est agenouillé sur le cou pendant NEUF MINUTES, alors qu’il appelait sa mère décédée et demandait grâce, j’ai été bouleversé et en colère, comme la plupart des gens dans le monde et parmi les différentes races.  J’ai observé les émeutes aux États-Unis et dans le monde entier et je me suis demandé si cela allait passer comme un autre de ces événements, ou si un changement était vraiment à l’horizon.

Nous savons que ce racisme systémique a commencé il y a quatre siècles et que, par le biais de processus juridiques et politiques interminables et variés, il a été conçu pour profiter à une partie de la société. Tous les autres systèmes sont soumis à ce système et toutes les autres personnes sont soumises à une race, dont un grand nombre se battent pour conserver le privilège qu’elles estiment être le leur.

Je vois aussi le genou de George Floyd comme un symbole de la façon dont le néolibéralisme, et le néocolonialisme qui lui est associé, mettent leur genou sur le cou de l’Afrique. J’entends l’Afrique dire : “Je ne peux pas respirer”. Il y a de nombreuses façons pour les dirigeants de mettre leur genou à terre sur notre continent, mais concentrons-nous sur ce qui se passe dans l’agriculture.

Pour moi, les pouvoirs qui influencent notre avenir agricole ont créé un récit, qui est si simple et si puissant, et qui est répété à maintes reprises, jusqu’à ce qu’il soit ancré dans notre ADN. On nous dit que nos semences sont vieilles et ont peu de capacité à nous donner de la nourriture et qu’elles doivent être hybridées et génétiquement modifiées pour être utiles ; on nous dit que ce dont nous avons besoin, c’est de plus de calories et que nous devons nous concentrer sur des semences de peu de cultures ; on nous dit que nous n’utilisons pas nos terres efficacement et qu’elles devraient être données à ceux qui peuvent mieux les exploiter ; on nous dit que nos connaissances en matière d’agriculture sont arriérées et que nous devons nous moderniser grâce aux connaissances de l’Occident ; on nous dit que si nous ne nous concentrons pas sur quelques cultures de base et sur les produits destinés au marché, nous resterons prisonniers d’une vie de subsistance ; et on nous dit que nous devons pomper nos sols avec des engrais et des pesticides artificiels si nous voulons produire suffisamment de nourriture. Pour tout cela, nous dit-on, il faut que les entreprises investissent des milliards de dollars, et sans ces sauveurs du Nord, nous ne pouvons pas nous nourrir. Notre monde se définit simplement en produisant plus, et non en ayant des aliments sains, nutritifs et culturellement adaptés, produits sans nuire à l’environnement.

Une cohorte d’acteurs comprenant des philanthrocapitalistes, des agences d’aide, des gouvernements, des institutions académiques et des ambassades travaillent à faire de ce récit une réalité. Ils parlent de transformer l’agriculture africaine, mais ce qu’ils font, c’est créer un marché pour eux-mêmes, habilement formulé dans une langue qui sonne bien.

Le genou de George Floyd est le même que celui qui est sur notre cou. C’est le même genou qui a justifié le colonialisme en Afrique. C’est le même genou qui voit l’Afrique non pas pour ce qu’elle a, mais pour ce qui lui manque. Ceux qui mettent leur genou sur notre cou nous regardent comme des êtres stupides, non civilisés, barbares, ignorants et malades, qui doivent être contrôlés et dirigés par la race humaine puissante et omnisciente.

Nous ne pouvons pas respirer en Afrique car les espaces politiques du continent sont encombrés par des acteurs extérieurs et leurs cohortes, les “bell boys”. Ils créent un récit puissant, ils conçoivent nos politiques en fonction de leurs besoins, ils influencent nos législations, ils formulent notre système éducatif de manière à ce que les produits du système servent leur objectif, et ils dénigrent notre culture de manière à ce que nous perdions la nôtre et devenions soumis à leurs cultures.

Ils n’ont pas besoin de nous mettre physiquement à genoux, car leur culture et leurs idées sont déjà héritées. Le genou sur notre cou est maintenant le genou de nos frères et sœurs. Le genou sur notre cou est de différentes nuances de couleur mais il provient de la même source, de ceux qui pensent que le monde leur appartient. Il provient d’un profond dédain et d’un mépris pour notre existence même.

Je pense que la seule façon d’enlever ce genou et ce souffle est de reconnaître le genou, de comprendre ses modes de fonctionnement et de s’organiser pour se défendre. Sinon, il nous sera difficile de penser à respirer.

Million Belay (PhD)
Coordinateur général
Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique
www.afsafrica.org

Recent Posts
0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Jean pierre Imele

Wonderfull et très pertinent

Start typing and press Enter to search

1
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x