In Nouvelles, Publications

En Afrique, les semences paysannes sont à la base de la production agricole et de systèmes alimentaires diversifiés et sains sur l’ensemble du continent. Les systèmes semenciers paysans (SSP) sont le système dominant pour les cultures vivrières et la conservation de l’agrobiodiversité pour les agriculteurs familiaux. Ils persistent et prospèrent malgré les programmes bien financés qui promeuvent les semences d’entreprises et le régime alimentaire et agricole industriel dont elles font partie, tout en recevant peu ou pas de soutien de la part des politiques publiques et en étant fréquemment dénigrés dans le discours public.

Les semences sont synonymes de culture, de tradition, de spiritualité, de coopération, de solidarité et de survie ; elles fournissent des aliments diversifiés et sains pour nourrir les familles tous les jours, ainsi que des moyens de subsistance. Les semences d’aujourd’hui incarnent des siècles de connaissances sur la manière de les conserver, de les échanger, de les planter et de les guider vers une expression fructueuse. La riche diversité des cultures vivrières de l’Afrique est due à la diversité des écosystèmes et aux communautés agricoles locales, notamment les femmes, gardiennes des semences.

Dans sa quête permanente de souveraineté alimentaire, l’Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique (AFSA) développe le récit positif des variétés de semences paysannes dites périmées et proscrites par les entreprises.

Ces vingt et une études de cas ont été recueillies dans neuf pays africains et en Inde. Des milieux les plus hostiles du Sahel (Niger) aux zones humides équatoriales (Gabon), en passant par les sols salins (Tanzanie) et les oasis (Tunisie), les auteurs nous montrent comment les variétés paysannes répondent aux besoins nutritionnels et économiques des populations dans des systèmes de production traditionnels et agroécologiques.

Dans la région de Dosso, au Niger, sept études de cas sur les variétés préférées de sept cultures vitales dans des communautés sélectionnées ont permis d’identifier des variétés paysannes que les agriculteurs connaissent intimement et pour lesquelles ils possèdent des compétences approfondies en matière de culture, d’utilisation, de transformation, de stockage et de commercialisation. Dans de nombreux cas, ces semences constituent l’épine dorsale de l’économie locale et sont essentielles à l’identité culturelle et au respect de la communauté. Dans tous les cas, elles ont obtenu de meilleurs résultats que les variétés améliorées, manifestement parce qu’elles ont été adaptées à l’environnement spécifique dans lequel elles sont cultivées et qu’elles sont susceptibles d’être adaptées davantage en raison de leur diversité génétique. En Tanzanie, six études de cas ont mis l’accent sur l’assurance de la qualité des semences en utilisant des protocoles et des critères cohérents pour les agriculteurs. Les études ont également mis en évidence la grande diversité des semences qu’une communauté développe et qui rend sa population autonome (souveraine en matière de semences), en bonne santé et économiquement forte grâce à la productivité plus élevée et à la valeur nutritionnelle des variétés indigènes spécifiques de haricots, de maïs ou de riz. La quête de la dignité par l’alimentation est également vécue au Zimbabwe et en Tunisie, où les femmes font revivre l’ancien blé dur. L’étude de cas du Burkina porte sur la technologie de conservation, tandis que le Togo et le Sénégal se concentrent sur les compétences en matière de production de semences et l’assurance qualité pour un marché plus important favorable aux systèmes de semences gérés par les agriculteurs, notamment pour les semences de légumes, un marché important qui exclut généralement les agriculteurs, en particulier dans les zones urbaines.

En conclusion, cette collection d’études de cas sur les semences nous ouvre l’esprit sur les points suivants :

  • Les agriculteurs disposent de protocoles solides et variés pour établir des normes de qualité pour les semences.
  • Les variétés de semences paysannes sont souvent plus productives et plus nutritives que les variétés dites améliorées.
  • Les agricultrices jouent un rôle crucial dans la sélection des semences qui définissent nos systèmes alimentaires.
  • Les communautés jouent un rôle clé dans la préservation de la biodiversité et devraient être les premiers partenaires des banques de gènes, que ce soit au niveau local, national ou international.

Voir les etudes de cas ici

Recommended Posts
3 1 vote
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Start typing and press Enter to search

0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x